Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Société, Culture, Environnement > Georges Ibrahim Abdallah : « L’écho de vos slogans passe outre les barbelés. (...)

Georges Ibrahim Abdallah : « L’écho de vos slogans passe outre les barbelés. »

lundi 26 octobre 2020 par Bruno Vincens

Il entame sa 37e année de détention bien que libérable depuis 1999. Pour les centaines de manifestants, mobilisés samedi à Lannemezan, seul un rapport de force politique permettra la libération du militant de la cause palestinienne.

Lannemezan (Hautes-Pyrénées), envoyé spécial.

Pour la dixième année consécutive, une manifestation, de la gare à la centrale pénitentiaire de Lannemezan, a exigé samedi la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Depuis 1984 l’horizon du militant communiste libanais se limite à de hauts murs d’enceinte et à des barbelés. 36 ans de détention ! Pour exprimer leur solidarité avec l’un des plus anciens prisonniers politiques d’Europe, près de six cents personnes venues de tout le sud de la France, de Bordeaux à Nice, ont formé un cortège coloré et bruyant, derrière la banderole de tête déclinant le mot liberté en français, en anglais et en arabe.

L’ANC était présente elle aussi, venue de Marseille, d’Aix en Provence, de Paris etc ...

Georges Abdallah a été condamné pour complicité dans l’assassinat en 1982 d’un agent du Mossad israélien et d’un attaché militaire à l’ambassade des États-Unis à Paris. Des accusations qu’il a toujours réfutées. Mais c’est bel et bien son combat pour la Palestine et les Palestiniens qui vaut au cofondateur de la Fraction armée révolutionnaire libanaise (Farl) de croupir derrière les barreaux. Aussi le cortège s’est élancé au son de cette chanson de Dominique Grange : « Dis-moi ce qu’il y a derrière ce mur/Qui a coupé en deux nos vergers ». Aussi s’est élevé le slogan « Résister est un droit, occuper est un crime ».

Jean-Claude de Vita, militant PCF de Lannemezan, connaît bien Georges Abdallah pour le rencontrer chaque mois au parloir : « C’est un homme exceptionnel. Il ne parle pas de lui mais de la situation politique au Proche-Orient, au Liban. Il dit que si on veut bien vieillir, il faut toujours être dans la lutte. »

Jean-Claude Lacombe, syndicaliste CGT du Tarn-et-Garonne, l’a aussi rencontré l’été dernier : « C’est un érudit, il s’informe, lit beaucoup, écrit. Georges ne baisse pas les bras. »

La manif atteint la centrale pénitentiaire aux cris de « Abdallah tes camarades sont là ! »

Alors est donnée lecture, devant une foule soudain très attentive, d’une lettre que le prisonnier politique a pu transmettre depuis sa cellule : « Quelle émotion et quel enthousiasme de vous savoir si près ! Votre mobilisation me fait chaud au cœur. Elle ne laisse personne indifférent ici. L’écho de vos slogans passe outre les barbelés. » Il met l’accent sur les enjeux du moment : « Le combat contre la Covid 19 ne suspend pas la lutte des classes. » Il conclut : « Le capitalisme n’est plus que barbarie. Honneur à ceux qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions. » Longs applaudissements.

Les slogans et la solidarité des manifestant passent au dessus des barbelés...

Georges Abdallah, 69 ans, est libérable depuis 1999 mais ses neuf demandes de remise en liberté ont été rejetées, suite aux pressions exercées par Israël et les États-Unis. Manuel Valls, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, a refusé l’acte qui lui aurait permis de rentrer au Liban. « Il ne formulera pas une dixième demande » , confie son avocat, Me Jean-Louis Chalanset.

Le militant communiste libanais entreprend désormais des démarches pour une expulsion vers son pays d’origine. Mais les courriers de son défenseur au ministère de l’Intérieur restent lettres mortes.
Me Chalanset en est persuadé : « C’est le rapport de force politique qui lui permettra de sortir de détention. »

Lu devant les grilles de la centrale pénitentiaire, le texte unitaire, signé par les nombreuses organisations appelant à cette manifestation, clame que « lutter avec Georges Abdallah, c’est être aux côtés des peuples partout dans le monde, aux côtés de la résistance palestinienne » .

Les manifestants se sont séparés en espérant ne pas se retrouver ici même l’an prochain, signe que la libération de Georges Abdallah aurait enfin été obtenue. Plusieurs parlementaires d’horizons divers, se sont prononcés dans ce sens.


Voir en ligne : https://www.humanite.fr/georges-ibr...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?