Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Société, Culture, Environnement > Des virus inconnus provoqueraient de nouvelles pandémies si nous (...)

Des virus inconnus provoqueraient de nouvelles pandémies si nous endommageons la nature ...

vendredi 6 novembre 2020 par ONU/IPBES

Les activités humaines n’ont de cesse de favoriser les contacts entre hommes et animaux, ce qui accroît dangereusement le risque d’apparition de nouvelles zoonoses pandémiques, avertissent les experts en biodiversité de l’IPBES dans un récent rapport.
Prévenir les pandémies en luttant contre le changement climatique et la perte de biodiversité est cent fois moins cher que de faire face à des épidémies comme celle de COVID-19. En outre, cela aurait de grands avantages pour la santé des personnes et de la planète, selon une nouvelle étude réalisée par des scientifiques internationaux.
Quelque 850 000 virus inconnus pourraient provoquer des pandémies si nous ne cessons pas d’exploiter la nature

Noticias ONU, 2 novembre 2020 -

Les pandémies apparaîtront plus fréquemment, se répandront plus rapidement, feront plus de dégâts à l’économie mondiale et tueront plus de personnes que le COVID-19, à moins que l’approche globale de la lutte contre les maladies infectieuses ne soit modifiée, avertit un nouveau rapport de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

La majorité (70 %) des maladies émergentes (telles que les encéphalites Ebola, Zika et Nipah) et presque toutes les pandémies connues, comme la grippe et le VIH/SIDA, sont zoonotiques, c’est-à-dire causées par des microbes d’origine animale. Ces microbes se "propagent" grâce au contact entre la faune sauvage, le bétail et l’homme.

Les experts avertissent que 1,7 million d’autres virus "non découverts" vivent actuellement chez les mammifères et les oiseaux, dont jusqu’à 850 000 pourraient avoir la capacité d’infecter les humains.

Le COVID-19 est au moins la sixième pandémie depuis la grande pandémie de grippe de 1918 et, bien qu’elle trouve son origine dans des microbes portés par des animaux comme tous les précédents, son émergence a été entièrement déterminée par les activités humaines, selon l’étude.

"Il n’y a pas de grand mystère sur la cause de la pandémie de COVID-19 ou de toute autre pandémie moderne. Les activités humaines mêmes qui sont à l’origine du changement climatique et de la perte de biodiversité créent également un risque de pandémie par leurs impacts sur notre environnement", a averti Peter Daszak, président de l’EcoHealth Alliance et président de l’atelier IPBES dont est issu le rapport.

Selon M. Daszak, les changements dans la façon dont nous utilisons les terres, l’expansion et l’intensification de l’agriculture, ainsi que le commerce, la production et la consommation non durables perturbent la nature et augmentent les contacts entre la faune sauvage, le bétail, les agents pathogènes et les hommes. "C’est la voie vers les pandémies", a-t-il déclaré.

Les scientifiques expliquent que le risque de pandémie augmente rapidement, avec plus de cinq nouvelles maladies qui apparaissent chez l’homme chaque année, dont chacune a le potentiel de se propager et de devenir une pandémie.

Plus de vingt experts s’accordent à dire que le risque de menaces pour la santé publique mondiale peut être considérablement réduit en diminuant les activités humaines qui entraînent la perte de biodiversité, en conservant davantage les zones protégées et en réduisant l’exploitation non durable. De cette manière, le contact entre les animaux et les humains peut être réduit et la propagation de nouvelles maladies peut être évitée.

Exploitation, changement climatique et perte de biodiversité

L’exploitation non durable de l’environnement due au changement d’affectation des terres, à l’expansion et à l’intensification de l’agriculture, au commerce et à la consommation d’animaux sauvages et à d’autres facteurs, perturbe les interactions naturelles entre les animaux sauvages et leurs microbes, augmente les contacts entre les animaux sauvages, le bétail, les hommes et leurs agents pathogènes, et accroît le risque d’émergence de nouveaux virus chez l’homme.

Le changement climatique a également été impliqué dans l’émergence de maladies (par exemple, l’encéphalite à tiques en Scandinavie) et est susceptible de provoquer un risque important de pandémie à l’avenir en entraînant la circulation des personnes, des animaux sauvages, des réservoirs et des vecteurs, ainsi que la propagation de leurs agents pathogènes, d’une manière qui entraîne un contact nouveau ou accru entre les espèces. Elle peut également modifier la dynamique naturelle de l’agent pathogène-hôte.

En outre, la perte de biodiversité associée à la transformation du paysage peut entraîner un risque accru de maladies émergentes dans certains cas, où les espèces bien adaptées aux paysages dominés par l’homme peuvent également abriter des agents pathogènes présentant un risque élevé de transmission zoonotique.

Les agents pathogènes provenant de la faune, du bétail et des hommes peuvent également menacer directement la biodiversité et apparaître par le biais des activités mêmes qui entraînent un risque de maladie humaine. Par exemple, l’émergence de la chytridiomycose, une infection fongique chez les amphibiens qui est apparue dans le monde entier en raison du commerce des espèces sauvages.

L’élevage d’animaux sauvages s’est considérablement développé, en particulier en Chine avant la COVID-19, où l’élevage d’"animaux non traditionnels" a généré 77 milliards de dollars et employé 14 millions de personnes en 2016.

L’agriculture, le commerce et la consommation d’animaux sauvages et de leurs produits (pour l’alimentation, les médicaments, la fourrure et d’autres produits) ont entraîné une perte de biodiversité et des maladies émergentes, telles que le SRAS et le COVID-19.

Des coûts massifs qui peuvent être évités

Le rapport indique que les pandémies et les autres zoonoses émergentes causent de grandes souffrances humaines et plus de 1 000 milliards de dollars de dommages économiques chaque année. Cela s’ajoute à la charge continue que représentent pour la santé humaine d’autres maladies qui sont apparues au cours de l’histoire.

Selon les experts, le véritable impact du COVID-19 sur l’économie mondiale ne pourra être évalué avec précision que lorsque les vaccins seront pleinement mis en œuvre et que la transmission entre les populations sera maîtrisée. Toutefois, leur coût a été estimé à 8-16 milliards de dollars dans le monde d’ici juillet 2020 et pourrait atteindre 16 milliards de dollars rien qu’aux États-Unis d’ici le quatrième trimestre 2021 (en supposant qu’un vaccin efficace existe déjà).

L’étude décrit des stratégies mondiales de prévention des pandémies, fondées sur la réduction du commerce des espèces sauvages, la modification de l’utilisation des terres et le renforcement de la surveillance, qui coûteraient entre 40 et 50 milliards de dollars par an, soit bien moins que ce que coûte une pandémie.

"Les preuves scientifiques accablantes indiquent une conclusion très positive. Nous avons la capacité croissante de prévenir les pandémies, mais la façon dont nous les abordons actuellement ignore cet outil. Notre approche est au point mort : nous nous appuyons toujours sur des tentatives pour contenir et contrôler les maladies après leur apparition, par le biais de vaccins et de thérapies. Nous pouvons échapper à l’ère des pandémies, mais cela exige de mettre davantage l’accent sur la prévention et la réaction" , a ajouté M. Daszak, l’un des auteurs du rapport.

Pour l’expert, le fait que l’activité humaine ait pu modifier l’environnement naturel de manière si fondamentale ne doit pas toujours être vu sous un angle négatif.

"Il apporte également des preuves irréfutables de notre pouvoir de provoquer les changements nécessaires pour réduire le risque de futures pandémies, tout en favorisant la conservation et en réduisant le changement climatique", a-t-il déclaré.

Passer de la réaction à la prévention

Le rapport souligne que s’appuyer sur des réponses post-émergence aux maladies, telles que des mesures de santé publique et des solutions technologiques, y compris la conception et la distribution rapides de nouveaux vaccins et thérapies, est une "voie lente et incertaine", mettant en évidence à la fois la souffrance humaine généralisée et les dizaines de milliards de dollars de dommages économiques annuels causés à l’économie mondiale par la réaction aux pandémies.

Le risque de pandémie est dû à l’augmentation exponentielle des changements anthropiques. Il est donc déplacé de blâmer la faune sauvage pour l’émergence de maladies, car l’urgence est causée par les activités humaines et les impacts de ces activités sur l’environnement.

"La pandémie de COVID-19 a mis en évidence l’importance de la science et de l’expérience pour éclairer les politiques et la prise de décision", a déclaré Anne Larigauderie, secrétaire exécutive de l’IPBES.

Recommandations

Le rapport propose un certain nombre d’options politiques qui permettraient de réduire et de traiter le risque de pandémie :

  • -Créer un conseil intergouvernemental de haut niveau sur la prévention des pandémies afin de fournir aux décideurs les meilleures données scientifiques et preuves sur les maladies émergentes, de prévoir les zones à haut risque, d’évaluer l’impact économique des pandémies potentielles et de mettre en évidence les lacunes de la recherche.
  • -Que les pays fixent des buts ou des objectifs mutuellement convenus dans le cadre d’un accord international, avec des avantages clairs pour les personnes, les animaux et l’environnement.
  • Institutionnaliser l’approche "Une seule santé" de l’Organisation mondiale de la santé dans les gouvernements nationaux afin de se préparer à une pandémie, d’améliorer les programmes de prévention des pandémies et d’enquêter et de contrôler les épidémies dans tous les secteurs.
  • -Élaborer et intégrer des évaluations de l’impact sur la santé des risques de maladies émergentes et pandémiques dans les grands projets de développement et d’aménagement du territoire, tout en réformant le soutien financier afin que les avantages et les risques pour la biodiversité et la santé soient reconnus et explicitement ciblés.
  • -Veiller à ce que le coût économique des pandémies soit pris en compte dans la consommation, la production et les politiques et budgets gouvernementaux.
  • -Permettre des changements pour réduire les types de consommation, l’expansion agricole mondialisée et le commerce qui ont conduit à des pandémies ; cela pourrait inclure des taxes ou des prélèvements sur la consommation de viande, la production de bétail et d’autres formes d’activités à haut risque de pandémie.
  • -Réduire les risques de zoonoses dans le commerce international des espèces sauvages grâce à un nouveau partenariat intergouvernemental "santé et commerce" ; réduire ou éliminer les espèces de maladies à haut risque dans le commerce des espèces sauvages ; améliorer l’application des lois sur tous les aspects du commerce illégal ; et renforcer l’éducation des communautés aux points chauds des maladies sur les risques sanitaires de ces pratiques.
  • -Valoriser la participation et les connaissances des peuples indigènes et des communautés locales dans les programmes de prévention des pandémies, atteindre une plus grande sécurité alimentaire et réduire la consommation d’animaux sauvages.
  • -Combler les lacunes critiques en matière de connaissances, telles que celles concernant les principaux comportements à risque, l’importance relative du commerce illégal, non réglementé, légal et réglementé des espèces sauvages dans le risque de maladie, et améliorer la compréhension de la relation entre la dégradation et la restauration des écosystèmes, la structure des paysages et le risque de maladie.

traduction carolita d’un article paru sur Servindi.org le 02/11/2020


Voir en ligne : http://cocomagnanville.over-blog.co...

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?