Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Sahara Occidental : Le Maroc prépare une nouvelle agression

Sahara Occidental : Le Maroc prépare une nouvelle agression

vendredi 13 novembre 2020 par PCF/PCE

Les bruits de bottes se font à nouveau entendre au Sahara occidental occupé par le Maroc. Rabat vient de mobiliser des troupes à la frontière mauritanienne afin de prendre le contrôle d’une partie de la zone tampon de Guerguerat sous contrôle des Nations unies.

Cette opération s’effectue avec l’assentiment de la France qui conforte ainsi l’expansionnisme marocain en violation de droit international et des résolutions de l’ONU.

Paris, après avoir entravé les missions de paix de l’ONU, encouragé ses alliés à ouvrir des consulats à Laâyoune, enfreint les résolutions de la Cour européenne de justice sur les tarifs douaniers préférentiels, s’apprête à faire voler en éclats le cessez-le-feu en vigueur.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron, qui se targue de faire respecter la légalité internationale ici et ailleurs, encourage le coup de force afin d’entériner l’annexion et de permettre le pillage des richesses du Sahara occidental et ce au moment où nous commémorons le 10e anniversaire du massacre de Gdeim Izik. Par ailleurs, les rapports se multiplient pour alerter sur les violations flagrantes des droits humains dans les territoires occupés.

Alors que la loi du plus fort s’impose partout nourrissant les violences, les frustrations, les souffrances et les ressentiments, le gouvernement de la France serait bien inspiré de mettre un terme à cette escalade dangereuse et d’agir afin que se tienne le référendum d’autodétermination prévu par l’ONU. Il n’y a pas d’autres voies pour la paix.

Le Parti communiste français (PCF) exprime sa totale solidarité avec le Front Polisario, représentant du peuple sahraoui, qui ne cesse d’agir pour la démocratie, le respect du droit et la paix.


Nous dénonçons la complicité de la MINURSO dans l’avancée de l’occupation du Sahara occidental et le pillage de ses ressources naturelles, en acceptant des faits accomplis imposés par le Royaume du Maroc

9 novembre 2020

Il y a presque un an maintenant (22-23 novembre 2019), la 44ème Conférence européenne de solidarité et de soutien au peuple sahraoui (EUCOCO) s’est tenue à Vitoria, la plus importante réunion annuelle du Mouvement européen de solidarité avec le peuple sahraoui. Les autorités institutionnelles et parlementaires, étatiques, régionales et locales, plus de 400 membres de partis, associations, syndicats et comités de solidarité avec le peuple sahraoui ont participé à la réunion. Un mois plus tard, le 15e congrès du Front Polisario s’est tenu à Tifariti, une ville sahraouie située dans les territoires libérés du Sahara occidental. À cette occasion, des décisions de grande portée ont dû être prises sur le sort du Sahara occidental, compte tenu de l’échec de l’action de la MINURSO qui, après quatre décennies d’occupation et 28 ans de tentatives pacifiques pour résoudre le problème, et d’innombrables résolutions de l’ONU qui n’ont eu aucun effet, la lassitude et l’épuisement du peuple sahraoui, condamné par les autorités mondiales à une attente éternelle, ont été une clameur générale lors des deux réunions, jetant une ombre constante sur l’inévitabilité d’un retour aux armes.

Une fois de plus, nous devons nous rappeler que la MINURSO a été déployée au Sahara occidental en 1991 pour organiser un référendum libre et équitable pour l’autodétermination du peuple du Sahara occidental et pour mettre en œuvre, à cette fin, toutes les autres tâches connexes, y compris la surveillance du cessez-le-feu. Ceci est énoncé dans de nombreuses résolutions de l’ONU.

Mais aujourd’hui, les raisons de la méfiance du peuple sahraoui envers la MINURSO, qui ont été dénoncées et expliquées au cours de ces rencontres l’année dernière, sont confirmées, comme le montre la complicité de la Mission des Nations Unies qui, rompant son engagement d’objectivité face au conflit et abandonnant la tâche qui lui avait été confiée, accepte les faits accomplis du Maroc et entend les imposer également aux Sahraouis, en envoyant du personnel supplémentaire dans la zone et en exhortant les autorités sahraouies "à contribuer à apaiser toute tension et à débloquer le trafic", notamment au poste frontière de Gueguerat où, depuis des jours, une importante population civile sahraouie, pacifique et désarmée, tente de défendre ses droits, comblant, par un véritable bouclier humain, la brèche ouverte par l’armée marocaine par laquelle passe une caravane permanente, chargée des ressources naturelles volées au peuple sahraoui sur son territoire désormais occupé et de la drogue provenant des cultures marocaines.

Il s’agit sans aucun doute d’une nouvelle étape de la politique du fait accompli, une politique par laquelle, selon un patient plan préétabli, il est prévu que les Sahraouis finissent par se soumettre et se résigner à faire partie d’un État autocratique tel que le Royaume du Maroc auquel ils n’ont jamais appartenu, et qui les punit constamment au moyen de la force dont il dispose.

Mais aujourd’hui, à la suite des événements décrits, l’armée sahraouie est dans un état d’alerte et la communauté internationale, l’Union européenne et notre pays seront responsables de la suite des événements.

Le PCE, une fois de plus, appelle les responsables de cette situation critique à remplir leurs obligations, à commencer par le respect des droits inaliénables du peuple sahraoui, en empêchant le pillage de leurs ressources naturelles par le Maroc et ses complices, et en premier lieu l’Union européenne à laquelle nous appartenons, et en arrêtant une possible escalade de la violence qui aurait de graves conséquences pour le Sahara occidental et toute la région.

Nous le répétons :

Notre demande pour la fin de l’occupation du territoire du Sahara occidental,

Notre défense des droits de l’homme du peuple sahraoui contre la répression et l’emprisonnement,

La dénonciation du pillage éhonté des ressources naturelles.

Nous rappelons l’obligation de reconnaître le Front Polisario comme le seul représentant du peuple sahraoui, tel qu’établi par l’ONU et reconnu par l’Union africaine

Nous insistons sur la nécessité d’exhorter la France, en tant que membre de l’UE à laquelle nous appartenons, à contribuer à la solution du conflit en abandonnant sa politique coloniale au Maghreb et son soutien à l’occupation par le Maroc.

Enfin, nous rappelons une fois de plus que l’Espagne doit dénoncer les accords de Madrid du 14 novembre 1975 par lesquels le Maroc justifie son occupation du Sahara occidental et lui fournir l’assistance politique et humanitaire nécessaire pour défendre les droits et les intérêts du peuple sahraoui.

source : https://www.pce.es/denunciamos-la-complicidad-de-la-minurso-en-el-avance-de-la-ocupacion-del-sahara-occidental-y-el-expolio-de-sus-recursos-naturales-al-aceptar-hechos-consumados-impuestos-por-el-reino-de-marruecos/

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?