Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Société, Culture, Environnement > Le Collectif ALBA-TCP France appelle l’Union européenne à cesser de s’aligner (...)

Communiqué du Collectif ALBA-TCP France

Le Collectif ALBA-TCP France appelle l’Union européenne à cesser de s’aligner sur la politique internationale du gouvernement des États-Unis

lundi 23 novembre 2020 par Collectif ALBA-TCP France

Alors que le nouveau gouvernement de la Bolivie revient sur les choix de la dictature et adhère de nouveau à l’ALBA, à Unasur et à la Celac (Photo), l’U.E persiste dans ses choix atlantistes. Pourquoi ?
Pourquoi ne pas construire son propre agenda vis-à-vis des pays d’Amérique latine et notamment des gouvernements du Venezuela, de Cuba, du Nicaragua et de la Bolivie.
Les récentes élections aux États-Unis ont montré que ce pays est en proie à des dysfonctionnements internes et par la corruption, ce qui le disqualifie pour donner des leçons de démocratie aux autres pays.

L’actuelle administration étasunienne a maintenu un comportement unilatéraliste dans presque toutes les régions du monde face à des problèmes fondamentaux pour l’avenir de l’Humanité, et a exacerbé les conflits existants, avec un mépris absolu du Droit international et des prérogatives souveraines de nombreux États.

Sur le continent américain, elle a officiellement réaffirmé la validité de la Doctrine Monroe et elle agit en pleine cohérence avec cette ambition impérialiste.

L’Union européenne a commis une erreur en étant complice de cette politique étasunienne envers les pays de Notre Amérique :

-* -Dans le cas de la République bolivarienne du Venezuela, l’Union européenne a soutenu l’intensification des actions contre ce pays, en violation des principes élémentaires du Droit international. Elle est même allée jusqu’à s’aligner sur les États-Unis dans leurs efforts pour désigner qui peut parler au nom du Venezuela et décider de la destination de l’argent et des biens du pays en dehors de son territoire. C’est une offense à la démocratie que de parler en son nom tout en la piétinant. Elle a lancé des appels répétés au dialogue et pourtant, récemment, ses porte-parole ont déclaré qu’ils ne reconnaîtraient pas le résultat des élections à l’Assemblée nationale du 6 décembre 2020, et rejeté l’invitation de l’État vénézuélien à l’envoi d’observateurs.

  • L’Union européenne devrait s’éloigner de cette politique d’hostilité des États-Unis contre la Patrie de Bolivar et de Chavez, laquelle est condamnée à l’échec. Face aux agressions extérieures, des millions de Vénézuéliens ont renforcé leur détermination et leur courage, ils ont juré de rester loyaux et de ne jamais trahir, avec pour force l’importante solidité de l’union civique et militaire.
  • -Dans le cas de Cuba, bien qu’elle ait éliminé la « Position commune européenne de 1996 » et qu’elle fasse partie à l’Assemblée générale des Nations unies des 187 pays qui ont voté en 2019 en faveur de la résolution « Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à Cuba », elle n’a pas appliqué les règlements dont elle dispose pour se défendre des lois extraterritoriales comme la Loi Helms-Burton.
  • -Dans le cas du Nicaragua, l’Union européenne continue de recourir au même schéma d’ingérence, en ayant imposé, en octobre 2019, des sanctions et des mesures restrictives consistant en l’interdiction pour des personnes et des entités de se rendre sur le territoire communautaire et le gel des avoirs dans l’UE.
  • -Dans le cas de la Bolivie, en 2019, l’UE a reconnu la présidente de facto Jeanine Àñes, après le coup d’État contre le président constitutionnel Evo Morales Ayma, ce qui a confirmé qu’il importe peu aux États-Unis et aux forces réactionnaires européennes d’écraser les libertés et les droits de l’Homme des peuples, par n’importe quel moyen, afin d’inverser les processus d’émancipation dans la région. Comme toujours, ils ont utilisé leur fidèle pion : l’Organisation des États américains (OEA).

Le collectif ALBA-TCP France, composé d’organisations et de membres individuels :

-* - Dénonce les sanctions économiques et politiques imposées par l’Union européenne au gouvernement du président légitime de la République bolivarienne du Venezuela, Nicolas Maduro Moros, allant jusqu’à reconnaître le gouvernement intérimaire qui n’a jamais existé. Or, ses institutions et les médias observe un silence assourdissant face aux outrages, aux injustices et aux assassinats politiques qui ont lieu dans plusieurs pays d’Amérique latine, comme la Colombie, le Chili et sous le gouvernement de facto de Mme Jeanine Àñes.

  • - Condamne la prolongation d’une année supplémentaire (jusqu’au 15 octobre 2021) du cadre juridique qui lui permet d’imposer des sanctions aux personnes ou entreprises au Nicaragua. Réitère sa solidarité avec la Révolution populaire sandiniste qui, sous la direction de son président, le commandant Daniel Ortega Saavedra, résiste aux assauts impériaux contre le Nicaragua, quelles que soient les menaces, tout en s’efforçant de suivre la voie de la réconciliation, de la paix et du développement juste de son pays.
  • - Félicite la Bolivie pour la victoire écrasante aux élections présidentielles du 18 octobre 2020 du candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS), Luis Arce. Une preuve de plus qu’il n’y a pas eu de fraude lors des élections antérieures, qu’il y a eu un coup d’État et que l’UE n’a pas respecté la souveraineté de la Bolivie, en se précipitant pour reconnaître la marionnette des forces les plus réactionnaires du pays ; pour le retour dans sa Patrie du compañero Evo Morales à la tête du MAS et pour la récente décision du gouvernement nouvellement élu de réintégrer l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et l’Union des nations sud-américaines (UNASUR), desquelles le gouvernement putschiste s’était retiré l’année dernière.
  • - Félicite Cuba pour son exemple de solidarité internationaliste, qui s’est traduit par l’envoi de 53 brigades de professionnels de la santé pour aider à combattre la pandémie de Covid-19 dans 39 pays et soutient la nomination du Contingent Henry Reeve pour le Prix Nobel de la Paix 2021
  • - Exige que l’Union européenne applique le Règlement n° 2271-86 et ses normes d’application concernant la protection contre les effets de l’application extraterritoriale d’une législation adoptée par un pays tiers, ainsi que contre les actions fondées sur elle ou en découlant. En d’autres termes, qu’elle applique sa législation pour se protéger de l’application extraterritoriale de la loi étasunienne Helms-Burton.
  • -Condamne toute forme de sanction de l’Union européenne à l’encontre de tout pays membre de l’ALBA-TCP.
  • -Remercie les pays de l’ALBA-TCP pour leur solidarité inconditionnelle avec les justes causes des mouvements sociaux et des gouvernements qui font face à l’impérialisme.

Paris, le 21 novembre 2020
Pour le Collectif ALBA-TCP France
Son Bureau et toutes les organisations et membres associés.

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?