Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > International > Ce que révèlent les évènements de Washington de ce 6 janvier 2021 dans une (...)

Ce que révèlent les évènements de Washington de ce 6 janvier 2021 dans une société présentée comme modèle.

jeudi 7 janvier 2021 par Philippe Arnaud

L’invasion du Capitole de Washington, hier 6 janvier 2021, par des émeutiers trumpistes, chauffés à blanc par leur chef de file, m’a rappelé une anecdote peu connue, concernant un épisode de la vie d’un des plus grands scientifiques - et aussi d’un des plus éminents génies du XXe siècle.

Le génie en question était Kurt Gödel (1906-1978), logicien et mathématicien autrichien, naturalisé américain. Étant très mal vu par le régime nazi (car en 1938, l’Allemagne, par l’Anschluss, avait annexé l’Autriche), Kurt Gödel dut quitter son pays : il émigra aux États-Unis, où il arriva en mars 1940.

Très vite, grâce à ses amis Oskar Morgenstern (mathématicien et économiste d’origine allemande) et Albert Einstein (qu’on ne présente plus), il obtint un poste de professeur invité à l’université de Princeton. En 1946, il fut intégré de façon permanente et, en 1947, subit un examen en vue d’obtenir sa naturalisation, en ayant pour témoins Morgenstern et Einstein.

Même s’il ne s’agissait pour lui que d’une formalité, Gödel s’y prépara avec une extrême minutie (conformément, d’ailleurs, à son tempérament et à ses capacités). Et, en étudiant la Constitution américaine, il pensa y avoir découvert une faille logique qui permettrait de transformer en toute légalité le régime en dictature. Il en informa Morgenstern et Einstein qui craignirent que Gödel n’aborde le sujet avec le juge chargé de l’entretien de naturalisation. Ils cherchèrent à l’en dissuader et pensèrent y être parvenus.

Toutefois, au cours de l’entretien, la question vint sur le tapis. Le juge s’enquit du régime politique en Autriche, Gödel répondit que ce régime, auparavant une démocratie, s’était transformé en dictature (on suppose avec Engelbert Dollfuss). Le juge rétorqua qu’une telle chose ne pouvait arriver en Amérique mais Gödel soutint le contraire, et dit qu’il pouvait le prouver. Mais, le juge, qui connaissait Einstein, fit celui qui n’avait rien entendu, arrêta là l’entretien et accorda la naturalisation.

On ne saura donc rien de la démonstration de Gödel sur la capacité de la Constitution américaine à enfanter un système dictatorial. Peut-être, vu les événements d’hier, cette démonstration serait-elle, a posteriori, devenue prémonitoire, et sans doute aussi célèbre que son fameux théorème d’incomplétude, qui fit tant pour sa renommée.

Mais qu’avait découvert Gödel ?
À quel niveau - fédéral, local, exécutif, législatif, judiciaire - sa démonstration pouvait-elle bien s’appliquer ?

1. Pensait-il au fait qu’aux États-Unis ce sont, pour une bonne part, les Cours Suprêmes (les locales et la nationale) qui font les lois et que, lorsque le Président et le Sénat sont du même bord, le Président peut nommer qui il veut dans ces juridictions (car le Sénat valide tout) ? Et que lorsqu’il nomme à la Cour Suprême un juge (ou une juge) dans la cinquantaine, celui-ci (ou celle-ci), bien nourri, bien logé et bien soigné, peut survivre jusqu’à plus de 90 ans et, par exemple, imposer au pays la peine de mort, l’élargissement du port d’armes, l’interdiction de l’IVG, la mise hors la loi de l’homosexualité, la dévastation des espaces protégés, l’enseignement du créationnisme, etc.
Si un juge reste 40 ans en fonction, cela représente 10 mandats présidentiels...

2. Pensait-il qu’à l’inverse chacun des États dispose de très larges pouvoirs législatifs et que, même lorsque le président de l’Union et les deux chambres fédérales sont progressistes, un État donné (au hasard, le Texas ou l’Alabama...), peut, chez lui, adopter des lois réactionnaires, qui mettent en échec une législation nationale progressiste ?

3. Pensait-il au fait que chaque État peut découper comme il veut ses circonscriptions et, en privilégiant les zones rurales et moins peuplées, donner à ces zones un poids disproportionné ?
Pensait-il à ce que chaque État peut installer des bureaux de vote là où il veut, et, notamment, moins de bureaux de vote dans les zones plus pauvres, où l’on vote plus souvent Démocrate ?
Ou qu’il peut multiplier les conditions d’accès au droit de vote, en s’arrangeant pour que certaines catégories de population (les Noirs, les pauvres, les Latinos de certains quartiers, ceux qui ont eu des condamnations pénales) voient se dresser devant eux de multiples interdictions de vote ?

4. Pensait-il au fait que le Sénat, qui a un poids décisif dans l’appareil législatif, comprend deux députés par État, et que le Wyoming, qui a 580 000 habitants, et qui vote Républicain, pèse autant que la Californie, qui vote Démocrate, et qui a 33 millions d’habitants ?

5. Pensait-il qu’avec le type d’élection du Président au suffrage indirect, par le système des grands électeurs (comme, en France, l’élection du président du Sénat) donne aux zones rurales (comme en France aussi) un poids disproportionné et qu’en 2016, Donald Trump fut élu avec près de 3 millions de voix de moins qu’Hillary Clinton ?
Ou qu’en 2020, Donald Trump, malgré 7 millions de voix de moins au niveau national, n’aurait eu besoin que de 32 507 voix de plus dans quatre États-clés pour l’emporter ? (Selon Le Monde du 4 janvier 2021).

6. Pensait-il que dans la période de transition entre l’élection (premier mardi de novembre-20 janvier), soit plus de deux mois et demi, la coutume, depuis 1889, voulait que l’on sursoie aux exécutions fédérales et que Donald Trump, depuis le 3 novembre, non seulement n’en a rien fait, mais qu’il en a même accéléré le rythme et a, de surcroît autorisé le recours à des méthodes alternatives à l’injection létale, telle que la chambre à gaz ou le peloton d’exécution (comme lorsque, avant l’exécution de Damiens - coupable d’une tentative d’assassinat sur Louis XV - on multiplia les supplices sur le condamné) ?

Lire aussi sur ces évènement l’article de Canaille Le Rouge :
USA : canada dry ou pas canada dry ?

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?