Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Cuito Cuanavale : Le Waterloo de l’apartheid

Cuito Cuanavale : Le Waterloo de l’apartheid

mercredi 24 mars 2021 par Iroel Sanchez

Le régime raciste d’Afrique du Sud avait choisi le terrain qu’il jugeait le plus favorable à ses aventures dans le sud de l’Angola, mais c’est précisément la bataille de Cuito Cuanavale qui, selon les mots de Nelson Mandela, « marqua le tournant dans la lutte pour libérer le continent et notre pays du fléau de l’apartheid. » « Fidel a poussé le monde vers là où, pense-t-il, il doit aller. »" Sidney Pollack

« L’aviation sud-africaine au sol et ses chars s’envolant », c’est la phrase chargée de sarcasme avec laquelle Fidel décrivit les événements du 23 mars 1988 dans la ville angolaise de Cuito Cuanavale à un groupe de diplomates des pays non-alignés réunis à La Havane.

Le régime raciste d’Afrique du Sud avait choisi le terrain qu’il jugeait le plus favorable à ses aventures dans le sud de l’Angola, mais c’est précisément la bataille de Cuito Cuanavale qui, selon les mots de Nelson Mandela, « marqua le tournant dans la lutte pour libérer le continent et notre pays du fléau de l’apartheid. »

Les forces cubaines et angolaises réussirent à résister pendant de longues semaines au bombardement constant des racistes, avec le feu de leurs batteries de canons de très longue portée G-5 et G-6 ; tandis que, en silence, elles minaient le terrain, pour transformer l’avance des forces ennemies en une embuscade mortelle qui, le 23 mars, piégea les Sud-Africains parmi les mines et le feu roulant de l’artillerie cubaine.

En effet, les tirs anti-aériens des Cubains avaient mis fin à l’impunité de l’aviation sud-africaine, condamnée à ne pas voler au risque de perdre des pilotes blancs sous le feu des Noirs et des mulâtres rompus à l’utilisation des canons anti-aériens Shilkas et des missiles sol-air Iglas.

De l’autre côté du sud de l’Angola, l’avancée des chars cubains et le positionnement avantageux des Mig-29 dans cette zone allaient forcer les racistes à accepter la résolution 435 de l’ONU, laquelle créait les conditions de l’indépendance de la Namibie et démoralisait à jamais le régime d’apartheid, auquel les armes nucléaires que la complicité de Washington lui avait permis de posséder ne servirent à rien.

Le commandant en chef Fidel Castro fut le brillant stratège politique et militaire qui rendit possible ce que les sanctions internationales et les discours grandiloquents devaient aux peuples de l’Afrique australe.
Mandela le résuma lorsqu’il vint en visite à Cuba et prit la parole le 26 juillet 1991 dans la ville de Matanzas : « La défaite de l’armée raciste à Cuito Cuanavale a rendu possible le fait que je sois ici avec vous aujourd’hui ! Cuito Cuanavale marque une étape dans l’histoire de la lutte pour la libération de l’Afrique australe ! Cuito Cuanavale marque un tournant dans la lutte pour libérer le continent et notre pays du fléau de l’apartheid !

Oliver Tambo, autre prestigieux combattant anti-apartheid, a défini Cuito Cuanavale comme « le Waterloo de l’Afrique du Sud », un Waterloo au cours duquel les descendants des esclaves arrachés à l’Afrique sont revenus pour rendre justice aux leurs, et ils ont réussi.

Photo : Archives de Verde Olivo

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?