Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Films |  Adhésion

Accueil > Actualité Politique et Sociale > Le sommet du G7 profère des menaces contre la Chine et la Russie

Le sommet du G7 profère des menaces contre la Chine et la Russie

mercredi 16 juin 2021 par Robert Stevens

Les gouvernements des nations les plus riches du monde (les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France, l’Italie, le Japon et le Canada) ont mis fin à trois jours de délibérations lors d’un sommet du G7 à Cornouailles, en Angleterre, dimanche. Les puissances du G7 ont joué la carte du « multilatéralisme » et minimisé les profondes divergences apparues en leur sein sous l’impulsion du prédécesseur du président américain Joe Biden, Donald Trump. Pourtant, elles n’ont pu se mettre d’accord que sur un communiqué de sommet qui équivalait à une menace de guerre contre la Chine.

Le communiqué du sommet de 25 pages appuie la provocation de la théorie du laboratoire de Wuhan, insinuant que la Chine cherchait à dissimuler sa production du virus COVID-19 dans un laboratoire pour ensuite le laisser s’échapper.
Le document appelle à « enquêter et signaler les épidémies [pandémiques] d’origine inconnue et à y réagir. Nous appelons également à une étude de phase 2 sur les origines du COVID-19, organisée par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), transparente, menée par des experts et fondée sur des données scientifiques, y compris, comme le recommande le rapport des experts, en Chine ».

Près de 4 millions de vies ont été perdues à cause de la pandémie actuelle de COVID-19, dont bien plus d’un million dans les pays du G7, selon les chiffres prudents compilés par les gouvernements du monde entier, avec près de 176 millions de personnes infectées. L’exigence que la Chine « admette ce qu’elle a fait » constituerait donc à elle seule un casus belli pour une agression contre la Chine.

Mais les choses ne se sont pas arrêtées là.

Le point 49 du communiqué réfère à la guerre commerciale entre les puissances impérialistes et Pékin. Affirmant la « responsabilité particulière des plus grands pays et des plus grandes économies dans le maintien du système international fondé sur des règles et du droit international », il poursuit avec « en ce qui concerne la Chine… nous continuerons à nous consulter sur des approches collectives pour contester les politiques et pratiques non marchandes qui nuisent au fonctionnement équitable et transparent de l’économie mondiale ».

Il se termine par la menace suivante :
-* « Nous promouvrons nos valeurs, notamment en appelant la Chine à respecter les droits de l’hommeet les libertés fondamentales, en particulier en ce qui concerne le Xinjiang et les droits, les libertés et le haut degré d’autonomie de Hong Kong inscrits dans la déclaration commune sino-britannique et la loi fondamentale ».

Le Xinjiang abrite la population ouïgoure de Chine et fait l’objet d’accusations de violations des droits de l’homme de la part de Washington et d’autres capitales.

Le point 60 déclare les ambitions des puissances impérialistes d’affronter militairement la Chine à sa propre porte, en déclarant :
-* « Nous réitérons l’importance de maintenir une région indopacifique libre et ouverte, qui soit inclusive et basée sur l’état de droit. Nous soulignons l’importance de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan et encourageons la résolution pacifique des problèmes entre les deux rives. Nous restons gravement préoccupés par la situation dans les mers de Chine orientale et méridionale et nous nous opposons fermement à toute tentative unilatérale visant à modifier le statu quo et à accroître les tensions. »

Le sous-entendu militariste de ces déclarations de « préoccupation » à l’égard des mesures prétendument « unilatérales » prises par la Chine pour consolider sa domination des voies maritimes mondiales a été illustré par le président américain Joe Biden et le premier ministre britannique Boris Johnson posant sur une plage de Cornouailles avec l’un des nouveaux porte-avions britanniques, le HMS Prince of Wales, d’un coût de 3 milliards de livres sterling, et d’autres navires de guerre en vue derrière eux.
L’autre porte-avions britannique, le HMS Queen Elisabeth, est le navire de tête d’un groupe d’attaque de porte-avions, comprenant un contre-torpilleur américain et des Marines, qui se dirige vers la mer de Chine méridionale où il effectuera des exercices militaires.

En outre, le G7 s’est engagé à lutter contre l’initiative chinoise de la « Nouvelle route de la soie » (One Belt, One Road) – par laquelle la Chine entreprend de nombreux projets d’infrastructure mondiaux pour faciliter le commerce – en lançant un projet de développement « Bâtir un monde meilleur » (Build Back Better World – B3W) dirigé par les États-Unis.

La Russie a également été la cible des hostilités. Le point 51 indique :
-* « Nous réaffirmons notre appel à la Russie pour qu’elle mette fin à son comportement déstabilisateur et à ses activités néfastes, y compris son ingérence dans les systèmes démocratiques d’autres pays ». Il appelle la Russie à retirer « les troupes et le matériel militaires à la frontière orientale de l’Ukraine et sur la péninsule de Crimée. Nous restons fermement convaincus que la Russie est une partie au conflit dans l’est de l’Ukraine, et non un médiateur ».

Biden est arrivé au sommet en déclarant que l’Amérique est de retour.

Pour la population mondiale, cela se traduit par une escalade du danger de guerre. Comme Biden l’a déclaré aux troupes américaines stationnées à RAF Mildenhall, la « seule obligation vraiment sacrée » de l’Amérique est de « préparer et d’équiper » ses forces armées. Le mois dernier, l’administration Biden a publié sa proposition de budget pour l’année à venir, centrée sur un budget militaire record de 753 milliards de dollars, dont 24,7 milliards pour la modernisation des armes nucléaires.

L’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont toutes augmenté leurs dépenses militaires, tandis que le gouvernement Johnson a augmenté son stock d’ogives nucléaires de 40 pour cent.

L’obscénité de cette campagne de guerre de plusieurs milliers de milliards de dollars a été mise en évidence par le refus déterminé du sommet de faire quoi que ce soit pour combattre sérieusement la menace croissante de la pandémie.

Tout en s’employant à répandre le mensonge d’une origine chinoise, les gouvernements du G7 ont l’intention de continuer à permettre aux variants de plus en plus mortels du COVID-19 de se répandre sans contrôle, tandis qu’ils canalisent les ressources mondiales dans les comptes bancaires des oligarques et des sociétés transnationales.

Le coût de la vaccination de la population mondiale est estimé à seulement 66 milliards de dollars, mais les nations les plus riches du monde n’y contribueront pas.
Le G7 n’acceptera de donner qu’une infime partie des vaccins nécessaires : un milliard de doses seront mises à disposition, mais la majorité ne sera pas distribuée avant la fin de 2022 et peu d’infrastructures seront mises en place pour le faire.
Cela équivaut à moins de 10 pour cent des 11 milliards de doses dont le monde a besoin de toute urgence pour lutter contre la pandémie. Même cette promesse est un mensonge. L’offre américaine de donner 500 millions de doses du vaccin SE de Pfizer et BioNTech vient en lieu et place des 2 milliards de dollars qu’ils ont promis au programme mondial de vaccination COVAX, le financement total des États-Unis s’élève à seulement 5,5 milliards de dollars, soit moins d’un pour cent de leur budget militaire.

Rien ne doit nuire à l’accumulation de profits par les grandes entreprises.

Face à la répugnance croissante de l’opinion publique à l’égard des super riches qui se sont gavés pendant la pandémie et ont profité de plans de sauvetage à hauteur de plusieurs milliers de milliards de dollars, le G7 a pris l’engagement vide de sens d’établir, à une date non précisée, « un impôt minimum mondial ambitieux » sur les sociétés.
Mais le communiqué a rassuré toutes les parties concernées en affirmant que cet impôt serait toujours aussi bas que « 15 pour cent sur une base pays par pays ».

Le sommet a été annoncé comme un retour à la normale après les relations houleuses entre les grandes puissances pendant la présidence de Donald Trump, mais il a été dominé à un degré extraordinaire par la montée des tensions inter-impérialistes, notamment entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur les accords commerciaux post-Brexit.

Malgré les efforts de Biden pour faire rentrer ses rivaux dans le rang, à la fin du sommet, les commentateurs soulignaient que le départ de Trump n’avait pas réglé les relations américano-européennes ni la profonde crise politique interne aux États-Unis : qui a vu Trump lancer une tentative de coup d’État le 6 janvier pour tenter de s’emparer du Capitole et bloquer la certification de la victoire électorale de Biden.

Plusieurs ont fait remarquer que Biden aura 82 ans s’il se présente aux prochaines élections de 2024, atteignant ainsi rapidement la fin de sa carrière politique.
L’ancien ambassadeur de l’UE à Washington, David O’Sullivan, a demandé :

-* « Est-ce un interrègne entre Trump 1.0 et Trump 2.0 ?
Personne ne le sait. (…) Je pense que la plupart des gens sont d’avis que nous devrions saisir l’opportunité avec ce gouvernement pour renforcer la relation [du G7]. On peut espérer que cela puisse survivre au-delà des élections de mi-mandat et de 2024 ».

La question fondamentale posée par le sommet du G7 est la suivante : comment lutter contre le danger croissant de guerre, la menace de pandémie et la catastrophe sociale croissante auxquels l’humanité est confrontée ?

Au cours des dernières décennies, les mêmes forces qui poussent les puissances impérialistes au conflit et à la guerre créent les conditions pour que l’opposition de la classe ouvrière se développe.

Analysant la « Mondialisation du capitalisme et le nouvel essor de la classe ouvrière » dans une perspective du WSWS du 7 juin, David North a noté :

-* « Dans l’histoire, le châtiment existe. Pour tous les crimes commis par le capitalisme contre la classe ouvrière au cours des 40 dernières années, la classe dirigeante, alors qu’elle attaquait la classe ouvrière et s’enrichissait considérablement a supervisé une vaste expansion et intégration du système de production capitaliste. Le résultat le plus significatif et le plus révolutionnaire de ce processus – poussé par les avancées stupéfiantes de la science et de la technologie – est la croissance massive de la classe ouvrière mondiale ».

Cette gigantesque force sociale doit maintenant être mobilisée par la construction du Comité international de la Quatrième Internationale, sur la base d’une perspective socialiste révolutionnaire contre la réaction sociale, le militarisme et la guerre.

(Article paru en anglais le 14 juin 2021)


Voir en ligne : https://www.wsws.org/fr/articles/20...


Nous vous proposons cet article afin d’élargir notre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Surtout la conclusion !(NDLR).
Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici.

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?