Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Films |  Adhésion

Accueil > Actualité Politique et Sociale > À propos des élections présidentielles avec Alain Chancogne

À propos des élections présidentielles avec Alain Chancogne

dimanche 12 septembre 2021 par Alain Chancogne

Je vais essayer d’oublier Pécresse et Attal à la fête de l’Huma, et tout ce qui me choque, voire me désole, depuis des mois que le secrétaire national du PCF a lancé sa campagne.
Surtout les propos tenus en soutien de revendications séditieuses du syndicat de police faf Alliance, ou pire, la tirade sur les migrants "n’ayant pas vocation à rester chez nous"...

L’interview du 7 de Fabien Roussel me semble justifier des propos que j’ai tenus par ailleurs et me conduisent au boycott de 2022.

https://www.bfmtv.com/replay-emissions/bourdin-direct/fabien-roussel-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-07-09_VN-202109070093.html

Tout d’abord je tiens à dire que j’ai apprécié la qualité de l’échange, étonné par un Bourdin ne jouant pas son numéro habituel d’interrupteur parfois agressif de son interlocuteur.

Pour rassurer ceux qui pensent que mes critiques de la politique du PCF me feraient oublier ce que peut avoir de conséquences sur nos vies, la politique au service du capital, j’ai trouvé Fabien Roussel excellent dans sa dénonciation de l’aggravation des injustices et sa colère en rappelant que la crise sanitaire a permis au Capital de se gaver de centaines de milliards.

Comme je ne considère pas que la situation actuelle ne permet pas un rassemblement populaire capable d’ouvrir une perspective de réel changement de société, en comparant les divers programmes des uns et les autres,
je m’en tiendrais à la question essentielle selon moi.

Comment faire en sorte que la période électorale permette à des millions de travailleurs, de retraités, de jeunes, de se mobiliser dans un processus, "luttes- vote- luttes " qui fasse vaciller le capital sur ses pieds d’argile afin qu’on puisse le renverser ?

Cette bataille idéologique indispensable, dans le cadre institutionnel actuel de personnalisation de l’élection, devrait revenir au candidat qui se réclame du Communisme.

Or, que nous dit Fabien Roussel dans les premières minutes de l’interview :

’Dès que je serai élu, etc... etc..."

Je ne veux pas ironiser sur cette formule car Fabien Roussel lui-même, je l’espère pour sa santé mentale, ne peux pas imaginer un instant vivre à l’Élysée.
Après le constat que je partage de la violence du capitalisme, que propose le candidat du PCF dans cette dernière interview ?

Après avoir affirmé être pour la "liberté d’entreprendre" (qui ne le rejoindrait pas ici dans la mesure bien entendu où contrairement à l’idéologie dominante elle ne signifie pas la liberté d’exploiter ?)...Roussel tout en ayant prononcé les mots "d’appropriation sociale" (qui figurent d’ailleurs dans la résolution du 38e Congrès) insiste sur le "contrôle des travailleurs , de nouveaux pouvoirs, évoque des lois, une politique répressive contre la spéculation financière l’évasion fiscale etc..."

C’est-à-dire tous les propos que peut tenir Mélenchon pour ne prendre que le candidat de la France insoumise.

Comme d’ailleurs tout ce qui touche aux augmentation du pouvoir d’achat de la santé, de l’enseignement...

Puisque je mets en ligne l’interview intégral on vérifiera que pas une fois, le candidat du PCF n’évoque la nécessaire mobilisation de masse, des forces vives de ce pays, en faisant référence par exemple a 36 et 68.
Qu’on ne me dise pas que c’était "sous-entendu" ! Nous sommes plus que jamais dans une période où les travailleurs ont besoin d’ENTENDRE autre chose que le déroulé des programmes électoraux !

J’ai remarqué d’ailleurs que si Roussel a eu l’intelligence de placer un coup de pub normal pour rappeler l’ouverture de la fête de l’Humanité vendredi soir, il n’a eu aucun mot pour évoquer la mobilisation syndicale qui se prépare pour le 5 octobre...

Quitte à passer pour un procureur implacable je trouve que c’est cohérent avec son propos...
Parce que, évoquer le nécessaire contrôle des travailleurs sans affirmer que c’est la propriété PRiVÉE des grands moyens de production et d’échanges, qui nous PRIVE de notre droit à une vie décente, c’est s’engager sur le terrain du "Que faire"...

Et la réponse pour le secrétaire national d’un Parti qui se dirait marxiste,
communiste et candidat à la présidentielle, ne pourrait être que de resituer le scrutin 2022 dans le cadre de la lutte des classes.
D’avoir le courage d’expliquer qu’il faut mettre hors d’état de nuire les prédateurs capitaliste en les EXPROPRIANT !

Absolument pas en s’imaginant que je ne sais quel contrôle des travailleurs pourrait changer en quoi que ce soit les choix du Capital !!
Car il peut y avoir création d’une illusion, une sorte de pacte d’engagement entre classes antagoniques en vue d’une gestion de l’économie au service de la satisfaction des besoins, qui pourrait être compatible avec ce qui fonde le capitalisme, c’est-à-dire la recherche pour les possédant d’un taux de profit maxi !

J’insiste là-dessus parce que si Roussel a raison de rappeler que communiste vient du mot" en COMMUN"...Ce n’est absolument pas en partenariat entre bourreaux et victimes.

Donc je m’autorise à dire que dans ces conditions mener la campagne en disant "dès que je serai élu" ou " lorsque je serai président de la République mon premier acte sera " et ce dès les premières minutes de l’entretien, c’est conduire celui qui s’intéresse à ce que pourrait apporter un regain l’influence du PCF, à ne plus écouter la suite.

Hollande a pu jouer face à Sarkozy à " moi Président", et tromper ainsi des millions d’électeurs de gauche sur ses promesses.
Parce que son élection était possible !
Ce fut d’ailleurs le cas.

Mais aujourd’hui un candidat communiste aurait beaucoup plus d’écoute s’il disait :
"Vous savez très bien que je ne me lance pas dans ce combat après avoir été visité l’Élysée pour savoir dans quelle chambre je dormirai.
Avec mon parti, je veux que vous puissiez exprimer votre exigence de jours heureux, en ayant en main tous les atouts pour affronter afin de le vaincre, de le renverser, ce système pourri jusqu’à la moelle aujourd’hui devenu une monarchie arrogante au service du Medef".

"Et pour ce faire , nous avons besoin de notre engagement "en commun".
Ensemble dans la lutte quotidienne dont le 5 octobre peut-être un temps fort, et en même temps dans un travail d’élaboration d’un projet émancipateur sur lequel nous avons des propositions de radicalité qui s’imposent.

Sans cela que je fasse 2 ou 10 pour cent, que dans la foulée, ce qui est improbable aujourd’hui, les partis qui se réclament de la gauche, puissent conquérir la majorité à l’Assemblée nationale, ces résultats électoraux ne risqueraient pas inquiéter nos adversaires c’est-à-dire le grand patronat, les banquiers et les forces politiques au service de ces véritable détenteurs de pouvoir"...

Conclusion personnelle
Interview intéressante mais toujours pas de candidature...
COMMUNISTE.

Photo fête de l’Huma : Roussel et Pécresse - Honni soit qui mal y pense.

   

Messages

  • 1. À propos des élections présidentielles avec Alain Chancogne
    12 septembre, 20:36 - par RICHARD PALAO


    Les promesses n engagent que ceux qui y croient, les promesses de ROUSSEL, MELENCHON, MONTEBOURG, relèvent de l, escroquerie : en effet ces promesses qui se veulent capable de redonner le pouvoir au peuple et de restaurer la souveraineté de la France ne passeraient pas le veto de l UE, alors ces bonnes âmes nous disent qu ils vont demander la modification des traités de l UE et leur réécriture... Nouveau mensonge : l article 48 du traité de Lisbonne indiquent que pour modifier les traités la demande doit recueillir l Unanimité des gouvernements des États membres, ce qui n arrivera jamais !!!
    Ces beaux parleurs sont dans les faits des fervents soutiens de l europe capitaliste et s ils étaient élus finiraient comme Hollande à reconnaître les pleins pouvoir de l UE ou piteusement comme TSIPRAS qui s est agenouille devant la troïka malgré le vote et le soutien du peuple grec...
    Un candidat qui se dit communiste ne devrait pas mentir au peuple il devrait dire qu il ne suffit pas de changer le locataire de l Elysee mais qu il est necessaire et indispensable de changer de système et que cela ne se fera pas sans lutte sans affro tement classe contre classe contre la caste de capitaliste qui dirige l UE qui de gré ou de force devra respecter la volonté du peuple de France.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?