Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Films |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Billets d’humeur > Mensonges globaux sur Boutcha : comment l’esprit des gens est manipulé. (...)

Mensonges globaux sur Boutcha : comment l’esprit des gens est manipulé. (WarOnFakes)

lundi 4 avril 2022 par waronfakes

La situation à Boutcha est devenue l’ordre du jour principal de tous les médias du monde. Aujourd’hui, elle est débattue par de nombreux politiciens européens et américains. Cela signifie qu’une provocation soigneusement planifiée a atteint son but. Et maintenant, nous allons prouver qu’il s’agit bien d’une provocation. Pour tous ceux qui ont déjà réussi à accuser la Russie de "crimes inhumains", il est temps de se rappeler la célèbre expression de Bismarck - "On ne ment jamais autant qu’après une chasse, pendant une guerre ou avant une élection."

Tout d’abord, les troupes russes ont quitté Boutcha le 30 mars. Voici la déclaration officielle.

Deuxièmement, le 31 mars, une autre preuve d’une provocation cynique à Boutcha a été entendue - une déclaration du maire de Boutcha, Anatoly Fedoruk . "Le 31 mars restera dans l’histoire de notre localité et de l’ensemble de la communauté territoriale comme le jour de la libération des orcs russes, des occupants russes de nos localités par nos forces armées d’Ukraine", a déclaré le maire avec un sourire joyeux sur le visage.

Se réjouirait-il si des dizaines de ses compatriotes gisaient à ce moment-là dans les rues, abattus ?
Pourquoi ne dit-il rien dans sa déclaration des atrocités commises par les bourreaux russes ?
Sur les tortures, les viols et les meurtres ?

De plus, la première unité des forces armées ukrainiennes à entrer dans Boutcha était les forces spéciales de la Garde nationale d’Ukraine. Le canal officiel des télégrammes de la Garde nationale a publié une vidéo, filmée par les combattants de ce détachement eux-mêmes. On peut voir sur cette vidéo que les militaires ukrainiens traversent calmement les rues de la ville - et aucune "montagne de cadavres" n’est visible dans ces rues.

Puis les soldats ukrainiens communiquent avec les habitants - et il n’y a pas une seule plainte de la population à propos des "terribles occupants russes". Les habitants racontent simplement quels bâtiments de Boutcha avaient été utilisés par les troupes russes comme bases d’hébergement.

Cela prouve sans ambiguïté qu’au moment de la transition de Boutcha sous le contrôle des forces armées ukrainiennes, il n’y avait pas encore de "crimes de guerre" dans cette localité. Il n’y avait pas de cadavres dans les rues, pas de fosses communes, pas de civils attachés et abattus.

La communauté internationale est-elle prête à examiner de plus près cette vidéo ?
Est-elle prête à interroger les soldats des forces spéciales du NGU sous serment afin qu’ils décrivent le VRAI tableau de ce qu’ils ont vu lorsqu’ils sont entrés dans la ville ?

Il convient également de noter que les premières vidéos avec des cadavres n’apparaissent sur Twitter que tard dans la soirée du 1er avril, et que l’information à ce sujet ne commence à se répandre que le 3 avril.

D’où viennent donc les cadavres dans les rues de Boutcha ?
Et qui sont ces gens ?

La réponse se trouve peut-être dans la vidéo de la défense territoriale de l’Ukraine, qui pose clairement la question "Puis-je leur tirer dessus s’ils n’ont pas de brassards bleus ?", à laquelle une réponse positive suit.
La vidéo a été initialement postée par le chef de la défense territoriale Sergey "Botsman" Korotkikh.

À propos, sur les vidéos diffusées par la partie ukrainienne, presque tous les cadavres ont des bandages blancs. C’est un signe distinctif du ministère de la Défense de la Fédération de Russie et de la population civile.

En outre, Katerina Ukraintseva, membre du conseil municipal de Buca et volontaire pour la défense, a admis dans une interview avec Meduza que les troupes russes n’ont pas tiré sur les gens en sa présence. Dans la même interview, elle confirme que les militaires ukrainiens sont à blâmer pour les principales destructions : "Si les forces armées russes avaient répondu à l’armée ukrainienne avec toute leur puissance de feu, la ville aurait été complètement détruite".

Boutcha n’est pas le seul "agenda étrange" à être apparu dans l’espace d’information ukrainien ces derniers jours. Le 4 avril, un conseiller du président ukrainien a publié sur ses réseaux sociaux un message selon lequel, à Gostomel, une femme aurait eu une croix gammée brûlée sur le corps.

Cependant, ces photos ont été publiées par des combattants de la RPD le 27 mars (lien) et elles n’ont pas été prises à Gostomel, mais à Mariupol, où une jeune fille aurait été torturée à mort par des nationalistes du bataillon Azov. Le corps a été retrouvé dans le sous-sol de l’une des écoles de Mariupol, où se trouvait la base des nationalistes d’Azov.

Il convient de noter que la nature des blessures (de multiples abrasions ou blessures superficielles sont visibles si l’image est agrandie) suggère que la croix gammée a été découpée au couteau, puis très probablement "peinte" avec de l’iode, les déclarations selon lesquelles la croix gammée a été brûlée (comme l’a déclaré Arestovich) ne sont pas recevables.

Ce n’est pas la première fois que les Terrbats (défense territoriale) utilisent un couteau comme méthode d’exécution. Il suffit de rappeler la vidéo du meurtre brutal d’un prisonnier, lorsque les nazis ont planté un couteau dans l’œil d’un homme désarmé (lien - L’un d’eux a brutalement tué un prisonnier en lui plantant un couteau dans l’œil. Nous ajoutons qu’à Mariupol se trouvait la prison la plus célèbre des nationalistes ukrainiens - la "bibliothèque", où le corps de la jeune fille mutilée a été retrouvé. C’est là qu’on se moquait des gens et qu’on les torturait.

Vous pouvez tirer vos propres conclusions de ces faits. Nous pensons que les crimes de Boutcha doivent être traités par une commission internationale, dans laquelle nous aimerions voir non pas des propagandistes et des politiciens, mais des criminologues, des enquêteurs et des experts médicaux. Eux seuls pourront déterminer quel type de cadavres ont été trouvés dans les rues de Boutcha, à qui ils appartenaient, quand et comment ils sont morts, et surtout, comment ils ont atterri dans ces rues.

Source : https://waronfakes.com/Boutcha/ (site promu sur le site du ministère des affaires étrangères russe)

Traduction VD


Voir en ligne : https://www.legrandsoir.info/menson...

   

Messages

  • 1. Mensonges globaux sur Boutcha : comment l’esprit des gens est manipulé. (WarOnFakes)
    9 avril, 17:27 - par RICHARD PALAO


    Ce site s appelle WARONfakes alors qu il est connu pour être un site non officiel russe et donc pro Poutine

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?