Jean Penichon">

Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Actualité Politique et Sociale > La fin du droit d’asile ? Incidieuse, obscène, la logique concentrationnaire (...)

La fin du droit d’asile ? Incidieuse, obscène, la logique concentrationnaire s’installe

L’Europe se querelle, les réfugiés se noient

mercredi 27 juin 2018 par Jean Penichon

Alors que l’Aquarius a finalement accosté à Valence, les pays européens peinent à dégager une politique concernant les migrants et n’hésitent pas à bafouer le droit international, en premier lieu le droit d’asile.
Avec l’aide de Canaille le Rouge et Catherine Wihtol de Wenden pour Orient XXI.

Les tenants de l’axe barbelé Munich-Vienne-Rome doivent jubiler : la presse l’annonce : Paris et Madrid plaident pour la création de "centres fermés sur le sol européen"
La proposition est franco-espagnole. Socialo macroniste en quelque sorte.
Une sorte de remake des initiateur de Gurs ou Argelès en 37.

Que disent nos Daladier du 21e siècle ?

Ils prévoient des centres fermés dans "le pays le plus proche du débarquement", où les migrants devraient rester jusqu’à ce que leur cas soit étudié.
Simultanément après la signature de l’accord de Meseberg Macron-Merkel qui entre autre prévoit la mise et le renforcement de l’agence Frontex chargée de la surveillance des frontières européennes, le socialiste Espagnol a fait part samedi de son "soutien enthousiaste" aux propositions de relance européenne figurant dans l’accord.

Les fabricants de barbelés se frottent les mains !

Alors que comme le rappelle J Toubon, "défenseur des droits", « Le principe de non-refoulement prévu par la Convention de Genève impose à la France de donner à l’errance de ces personnes une réponse humanitaire et juridique : les accueillir d’abord, observer leur situation administrative ensuite »,

La France et L’UE s’aligne sur l’Italie, l’Autriche, la Pologne, la Hongrie et le Danemark.

Cela permettra selon les vœux de Macron d’organiser un obscène tri sélectif parmi les victime de la misère des persécution politique religieuses raciales pour offrir au patronat de la main d’œuvre qualifiée "lowcost" pour faire pression sur le niveau des garanties collective de tous les travailleurs de toutes origines en poste en France.

Pour ceux qui n’obtiendraient pas droit à l’asile, mesurez la délicatesse du propos masquant la violence de l’idée, Touthenmakron insiste sur la nécessité d’avoir "une solidarité européenne et une efficacité pour raccompagner" ces personnes "vers leur pays d’origine" et "en aucun cas vers des pays de transit". "C’est une solution qui est coopérative et respectueuse du droit. Nous devons tenir nos principes et ne pas nous laisser bousculer par les extrêmes" .

Coopérative , oui, avec Erdogan ou les émirats décapiteurs pas avec les emprisonné.e.s torturé.e.s et condamné.e.s à mort.

Coopérative, oui, avec les intégristes soudanais. Pas avec les victimes des persécutions.

Coopérative, oui avec les bourreaux charcutiers exciseurs. Pas avec les femmes et les gamines victimes des protégés du colonialisme.

Macron renoue aujourd’hui avec les méthodes de la 3e république finissante qui renvoyait de France les réfugiés antinazis chez Hitler.

Canaille Le Rouge

L’Europe se querelle, les réfugiés se noient

En ce mois de juin 2018, 600 personnes venues de la rive sud de la Méditerranée ont été sauvées en mer par l’Aquarius, qui s’est vu refuser l’accostage en Italie, où une coalition d’extrême droite et de populistes est arrivée au pouvoir. Après le refus de l’île de Malte de l’accueillir, l’Espagne s’est déclarée prête à laisser entrer le bateau à Valence. D’abord silencieuse, la France a plus tard indiqué qu’elle allait contribuer à accueillir une partie des rescapés sur son territoire.

On peut s’interroger sur le sens de ces tergiversations, alors que l’accueil des demandeurs d’asile fait partie des valeurs universelles et notamment européennes. En effet, le droit d’asile a d’abord été limité à l’Europe, selon la Convention de Genève de 1951, puis élargie au reste du monde. On peut également s’inquiéter de la généralisation des idées d’extrême droite et de la peur qu’elles suscitent parmi les décideurs, ainsi que sur le prêt-à-penser en matière d’immigration et d’asile. En France, plusieurs intellectuels [1], des associations et autres mouvements civiques se sont indignés de la frilosité affichée, tandis que le sort des personnes recueillies sur l’Aquarius a divisé la majorité au pouvoir et que la droite elle-même se fracture sur la question migratoire.

L’Aquarius a créé une tension diplomatique entre la France et l’Italie. Si les deux grandes métropoles que sont Naples et Palerme se sont déclarées favorables à son accueil, il a été refusé par le ministre de l’intérieur Matteo Salvini. Rome a dénoncé les leçons hypocrites de la France, les deux pays s’accusant mutuellement de ne pas prendre leurs responsabilités concernant les réfugiés. L’Italie considère qu’elle a beaucoup contribué au « partage du fardeau », seule, sans le soutien de ses voisins européens. Notamment depuis 2013 lorsqu’elle a monté l’opération Mare nostrum, sauvant en un an 146 000 migrants en perdition en Méditerranée.

Matteo Salvini accuse la France de n’avoir relocalisé que 640 migrants contre les 9 000 qu’elle s’était engagée à réinstaller. La France n’a accueilli que 3,5 demandeurs d’asile sur 1000 en Europe contre 5,4 sur 1000 en Italie, 16,5 pour l’Allemagne et 20 sur 1000 en Suède entre 2015 et 2017. Elle se situe ainsi au 13e rang en Europe, derrière la Finlande, Chypre, la Bulgarie, l’Autriche et Malte, entre autres.

La frontière franco-italienne a été fermée à Vintimille à plusieurs reprises, dans le but de « contenir » en Italie ceux qui cherchent à continuer leur route vers la France ou vers d’autres pays européens pour y demander l’asile ou y chercher du travail. Des murs et des frontières se sont érigés en Europe depuis la crise de 2015 autour de la Hongrie, pour arrêter les arrivants syriens et Proche-Orientaux de la « route des Balkans », mais aussi entre la Bulgarie et la Grèce, entre la Macédoine et la Grèce, tandis que les pays européens se sentaient très inégalement concernés par les réfugiés.

Une partie de bras de fer se joue aussi à Bruxelles, qui cherche à réformer le système de Dublin 2 selon lequel c’est dans le premier pays européen où le demandeur d’asile a mis le pied qu’il doit obligatoirement être examiné comme demandeur d’asile — un système en crise depuis de nombreuses années. Bruxelles propose de faire adopter le principe de « pays tiers sûr » : le migrant débouté du droit d’asile serait renvoyé non pas dans son pays d’origine, mais vers un pays par où il serait passé et où il aurait pu se stabiliser. Un principe refusé en France par le Conseil d’État, au nom même du droit d’asile.

Selon Joseph Borrell, ancien président du Parlement européen et actuel ministre espagnol des affaires étrangères, « l’Europe fait la politique de l’autruche ». Il explique que le phénomène migratoire est structurel et que la crainte de l’ « effet d’appel » est infondée car ce ne sont pas les conditions d’arrivée — souvent mauvaises — qui attirent ; c’est la situation dans les pays de départ où se mêlent l’absence d’espoir, le chômage massif des jeunes et parfois aussi la guerre et l’insécurité. Si la chancelière allemande, qui a accueilli un million de nouveaux arrivants en 2015 après avoir affirmé la volonté de recevoir 800 000 demandeurs d’asile est aujourd’hui fragilisée par son propre parti, cela montre le recul de l’UE dans la reconnaissance des droits humains, et non l’erreur qu’elle aurait pu commettre en se déclarant plus déterminée que ses voisins à respecter les valeurs européennes.

Les alternatives proposées à l’échelon européen sont fragiles :
- faire le tri dans les pays de départ et de transit entre les futurs candidats à l’asile et les migrants économiques dans un contexte où les flux mixtes sont nombreux ;
- négocier des accords avec les pays de la rive sud de la Méditerranée pour qu’ils pénalisent les départs irréguliers. La mesure existe déjà, mais fait l’objet de parodies de procès.

Une remise à plat de la politique européenne d’immigration et d’asile consistant à rouvrir l’immigration de travail dans les secteurs en tension — c’est-à-dire non pourvus sur les marchés du travail européens — permettrait de mieux traiter l’asile (les hotspots installés en Grèce et en Italie). Les candidats au travail arriveraient légalement sans recourir aux passeurs et ne viendraient plus accroître le chiffre des 32 000 morts en Méditerranée depuis 2000. La détermination de l’asile ne serait plus entravée par les cas de flux mixtes qui engorgent la demande, faute d’autres voies d’entrée pour les jeunes. Cela viendrait alléger à la fois le nombre des sans-papiers et le tribut des passeurs qui font fortune sur le régime des visas et la politique de dissuasion, aujourd’hui en échec.

Catherine Wihtol de Wenden pour Orient XXI


Photo : Anna Psaroudakis/SOS Méditerranée, juillet 2016.


[1« Pour un asile sanctuarisé dans les sanctuaires ! »,Le Monde, 15 juin 2018 (réservé aux abonnés).

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.