Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > L’antisémitisme à deux vitesses

L’antisémitisme à deux vitesses

samedi 13 février 2021 par Philippe Arnaud

Aujourd’hui l’antisémitisme n’est pas toujours condamnable, la preuve par le journal Rivarol. Sauf bien sûr si vous critiquer un État d’apartheid qui s’approprie au nom d’une légende la terre ancestrale des Palestiniens.
Quelques remarques de Philippe Arnaud concernant Le journal Rivarol.

Dans le dernier numéro de Rivarol, l’antisémitisme suinte, suppure de façon si évidente que je me demande si cela ne mériterait pas des poursuites. D’autant plus que cet antisémitisme s’exprime par des périphrases, des détours, des allusions hypocrites qui néanmoins ne trompent personne.

1. Par exemple, à la page 1. Rivarol parle de l’affaire Stavisky. Et ajoute, immédiatement après : "Une certaine ethnie faisait en effet déjà parler d’elle à l’époque, et pas spécialement
en bien". C’est quoi, cette "certaine ethnie" dont parle si hypocritement Rivarol ?

2. Toujours dans cette même page 1, Rivarol prend fait et cause pour Hervé Ryssen, "pour avoir simplement reproduit un photomontage de personnages hilares de La Vérité si je mens 3 et du portail du camp d’Auschwitz." [J’ai mis en gras le "simplement" pour témoigner de l’odieux de Rivarol, qui feint de s’étonner qu’on puisse être poursuivi "simplement" pour avoir procédé à un photomontage à leurs yeux si anodin, si inoffensif, si insignifiant.

3. En page 2, Rivarol dit : "Dans ce même dossier, Ryssen a été condamné pour avoir mis en cause la responsabilité de juifs dans le massacre de 30 millions de chrétiens entre 1917 et 1947 en Russie et en Union soviétique." Nouvelle hypocrisie ! Certes, nombre de commissaires politiques étaient juifs, mais ils ne l’étaient pas tous ! Et, en outre, ils n’agissaient pas en tant que juifs mais en tant que bolcheviques, ou membres de la Tchéka, de la Guépéou ou du NKVD ! Mais la volonté d’accuser les juifs est si forte qu’elle ne fait pas craindre la mauvaise foi...

4. En page 4, ils écrivent : "Comme dans le film Les Figures de l’ombre, on surestime l’apport de trois Afro-Américaines pour effacer progressivement le fait que la conquête de la Lune
est due à l’apport du SS-Sturmbannführer Werner von Braun et de ses compatriotes." Ici, il y a à la fois du racisme et une complaisance affichée pour le nazisme. Car si Werner von Braun fut recruté ce ne fut pas en tant que Sturmbannführer mais en tant qu’ingénieur de haut niveau ! Les Américains n’en avaient rien à faire des compétences d’un SS de base. En revanche, on sent que le rédacteur a pris plaisir à écrire "SS-Sturmbannführer", ce mot, il l’a dégusté en le subvocalisant...

5. Page 5. Le fait d’appeler Richard Berry Benguigui, de ressasser son nom ad nauseam, comme les journaux antisémites des années 30 et 40, qui rappelaient les patronymes de citoyens français ayant fait franciser leur nom, pour bien maquer que Français, ils ne le seraient jamais...

6. Page 10 et 11, la défense du charlatan raciste Vacher de Lapouge.

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?