Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Films |  Adhésion

Accueil > ANC en direct > Actualité Politique et Sociale > La peur de Marine Le Pen est-elle bonne conseillère ?

La peur de Marine Le Pen est-elle bonne conseillère ?

mercredi 13 avril 2022 par Gilles Questiaux

Si je publie le texte de Gilles Questiaux, qui ne correspond pas à la ligne politique de l’ANC puisque nous disons : Pas une voix pour le RN ça c’est sûr !
C’est que personnellement je me pose la même question que lui. Et, ce faisant, j’ai bien conscience qu’en publiant ce texte, je me conduit en iconoclaste, mais j’en assume la pleine responsabilité.
Le capital utilise le RN comme un épouvantail, qui épouvante les gens, les empêchant ainsi d’être lucide et lui permettant donc de faire ce qu’il veut.
Je me demande même (ce qui va sans doute me valoir mon exclusion-LOL) : que peut-elle faire de pire vis-à-vis de notre système social que ne ferait pas Macron, qui à marche forcée nous entraine vers le totalitarisme et la guerre ?
Ne faut-il pas arrêter de jouer au jeu électoral avec les règles que nous impose (depuis Mitterrand) l’ennemi véritable, le capitalisme et qui nous empêche sans doute parfois de réfléchir comme il le faudrait.
Inutile de vous dire que je ne dispose pas de la solution !
Mais tout comme Gilles je ne voterais pas le 24 avril (Ne pouvant demander à ma procuration ni de voter MLP ni Macron).
À vous de voir et vos commentaires seront les bienvenus.(JP-ANC)

RN : la fonction d’un épouvantail, c’est d’épouvanter.

Le RN c’est le vote repoussoir indiqué par les médias pour ceux qui n’aiment pas le message ultra dominant des médias. Il n’a pas vocation à exercer le pouvoir, et s’il y parvenait par hasard il ne s’y maintiendrait pas très longtemps, ou pas tout seul très longtemps avant d’être absorbé par le bloc libéral populiste qui a gouverné déjà dans plusieurs pays occidentaux sans changer grand chose.
C’est bien différent en ce qui concerne Zemmour qui est adossé à une faction conséquente du capital et qui représente une proposition de gouvernance autoritaire anti-islamique alignées sur des exemples internationaux (notamment Israël).

Mais Macron et le bloc atlantiste-européiste poussent à la guerre et c’est là le vrai fascisme.

Le jour où le capital aura décidé, comme il le fit en Allemagne en 1932-1933, d’imposer le fascisme, il ne nous demandera pas notre avis.

Au fond le motif de ceux qui veulent voter Macron pour faire barrage à Marine Le Pen, tient en un mot : la peur. La peur est une émotion respectable, souvent plus intelligente que d’autres et doit être écoutée mais elle ne doit pas forcément prévaloir sur le jugement.

MLP présenterait un risque pour le militantisme communiste revendiqué, à l’instar des lois répressives anticommunistes d’Europe de l’Est. Mais qu’est ce que c’est que ce communisme qui ne veut pas affronter le danger de la répression ? L’interdiction des symboles communistes est un hommage paradoxal au mouvement qui pour le moment ne menace guère en Occident l’ordre capitaliste.

On dit que des milices fascistes vont semer la terreur dans la rue. Mais qui est-ce qui en est à demander l’interdiction des communistes en Europe et vandalise leurs locaux et les monuments commémoratifs de la Seconde Guerre mondiale ? Au Portugal, à Berlin, ce sont les « réfugiés » ukrainiens gangrenés par le nazisme, accueillis ici avec le tapis rouge par le bloc européiste atlantiste.

MLP présenterait un risque pour les étrangers et les immigrés. Sans doute son programme explicite et surtout implicite leur est hostile. Mais la demande populaire de contrôle des migrations est tellement forte que le refus de principe de toute mesure dans ce sens ne va que la renforcer et aboutir à des propositions style Zemmour qui sont des appels ouverts à la guerre civile et à l’épuration ethnique. Par ailleurs le rôle des immigrés dans la production et la circulation comme main d’œuvre surexploitée est tel qu’en fait de « grand remplacement » ils sont devenus effectivement irremplaçables.

Actuellement la régulation de l’immigration est pratiquée de manière cynique et ignoble par les pseudo-démocraties humanitaires européennes, par la noyade. C’est l’ensemble des gouvernements européens, qui n’ont que les droits de l’homme à la bouche lorsqu’ils s’agit de s’ingérer dans la politique intérieure des pays des autres continents et de leur faire la guerre qui sont responsables des milliers de morts annuels dans les mers frontalières.

L’élection de Marine Le Pen peut aboutir à des reculs sociaux et à un surcroît de répression mais la présidence Macron quant à elle le fera certainement, et peut nous entraîner, nous entraîne déjà bien tranquillement avec la bêtise arrogante qui caractérise le personnage vers la guerre nucléaire.

Voilà les termes du choix qui se pose à nous. Sachant que les dés du jeu électoral sont pipés, de toute manière et qu’il ne faut pas surestimer l’importance des rituels électoraux sous le capitalisme même lorsqu’ils sont hystérisés au maximum.

Les ouvriers, à l’exception de ceux qui vivent dans des quartiers ghettoïsés, vont voter massivement pour Marine Le Pen, parce qu’ils ont pu voir que la gauche ne tenait pas ses promesses, et pour que leurs illusions à son égard se passent, ils ont peut-être besoin de constater de visu que Marine Le Pen ne le fera pas non plus.

Il ne faut pas comprendre ceci comme une consigne de vote, sachant que si les masses se prononcent, si négativement qu’on considère leur jugement, les dilemmes moraux individuels ne comptent pas beaucoup.

Pour ceux que ça intéresse, je ne pense pas aller voter le 24 avril.

GQ 13 avril 2022

PS : il y a des estimations au doigt mouillé qui circulent qui placeraient MLP à 45% au maximum. En fait, personne n’en sait rien.


Voir en ligne : http://www.reveilcommuniste.fr/2022...

   

Messages

  • 1. La peur de Marine Le Pen est-elle bonne conseillère ?
    14 avril, 07:47 - par RICHARD PALAO


    Je partage, je n irais pas voter, j ai d ailleurs adressé une contribution pour l expliquer et qui a ce jour n à pas été publiée

  • 2. La peur de Marine Le Pen est-elle bonne conseillère ?
    14 avril, 11:05 - par Jean-Pierre Tricaud


    Les résultats ont pour moi quelque part quelque chose d’irrationnels pour plusieurs raisons.
    Au sens où, nous le savons, le mécontentement qui existe dans le pays, les colères qui se sont exprimées de plusieurs manières durant ce quinquennat, (gilets jaunes, crise sanitaire, hospitaliers, etc…), et même si nous considérons que les luttes ne sont pas suffisantes en nombre, en puissance et en victoires.
    Les votants qui se sont exprimés 1/ n’ont pas rejeté cette politique macroniste et 2/ ont choisi la deuxième face de la même pièce.
    Quant aux abstentionnistes, 13 millions des inscrits si on ajoute les blancs et nuls ne veulent pas faire de choix et laissent faire contre leurs intérêts, sachant que la plupart de ces refus de votes sont des jeunes et des classes populaires.
    Les retraités, les personnes âgées, qui se sont bougé en masse contre l’augmentation de la CSG, et dont le montant des pensions a baissé, votent Macron.
    Et que dire du score de Lassalle !
    Les partis qui ont été au pouvoir ces 40 dernières années, ensemble ou séparément, majoritaire ou en cohabitation se sont mis hors jeu tous seuls : faillite économique et sociale, désillusion, trahison, recul face au Capital.
    C’est donc bien avant tout leurs fautes s’ils en sont là et pas celles des électeurs.
    Macron a fait éclater la dualité, car il n’y a plus « clivage » gauche/droite. Il a siphonné depuis 2017, Droite classique, PS, Centristes, pour constituer un pôle néolibéral.
    Auquel il offre un seul opposant, l’extrême-droite, pour paraître plus « propre », plus social, plus humain, ce que ses actes contredisent.
    Il a utilisé la constitution de 1958, comme Mitterrand ou Chirac en leur temps, et son interprétation, pour maintenir la domination du capital, n’en est pas à son paroxysme.
    Tout additionné, Macron-Pécresse c’est 32,63%.
    LE Pen-Zemmour-Dupont Aignan c’est 32,28%
    Alors question, danger ou pas danger ? Le Capital a-t-il besoin aujourd’hui de l’extrême droite pour appliquer sa politique ?
    NON. Au contraire avec Macron et sa start-up Nation, la société libérale se met en place « en douceur ». Avec LE Pen trop de risques de révoltes incontrôlées ou incontrôlables.
    Pour casser comme il doit casser il doit le faire dans un consensus mou.
    Donc pour moi, même si l’arithmétique peut indiquer le contraire, Macron sera réélu presque pépère, 54%-46%.
    Autre question : MLP elle gouverne avec qui ? Avec quelle majorité à l’assemblée ? Les tenants de la Bourse savent compter.
    Le « front républicain » va une nouvelle fois fonctionner, au détriment de la majorité du peuple.
    Pas une voix du monde du travail pour l’extrême droite ?? C’est bien de le dire.
    Ce n’est déjà pas le cas, les ouvriers, les employés votent MLP ou EZ et chez les sympathisants des syndicats, dont 22% de la CGT !!
    Alors appel à faire barrage, c’est appel à voter EM.
    Certes il faut choisir entre la clandestinité et la prison ou rester vivant malgré tout, pour perpétuer le combat, car aujourd’hui c’est notre seule perspective.
    Et ceux que j’appelle « de notre camp ». (total gauche 32%).
    Alors maintenant, que faire ?
    Ceux de notre camp, qui sont-ils ? Où sont-ils ? Dans le champ politique, syndical, associatif ?
    Sur quelles forces le mouvement social et syndical, les luttes peuvent-ils compter, s’appuyer ?
    Il y a un grand effort de compréhension, d’analyse de cette société, de la crise, des crises du K.
    Oui il faut des luttes, majoritaires et unitaires. Oui il y aura des grèves, des manifestations, mais ce n’est plus suffisant.
    Car je crois qu’il s’agit surtout d’engager un énorme travail d’éducation populaire, de gagner –regagner- les consciences populaires, en commençant par nos militants, nos syndiqués.
    Nous aurons en priorité, plus nécessité à rencontrer, à débattre, à informer, convaincre, qu’à organiser des rassemblements de masse, qui n’en sont pas vraiment, mais que nous ne devons pas négliger.
    Les chiffres : Dans notre département (24), l’extrême droite (MLP, EZ, NDA) c’est 34,3% des exprimés, 26,64 % des inscrits.
    La gauche (JLM, FR, AH, PHP, NA) c’est 30,95% des exprimés, 24,6% des inscrits.
    Macron + Pécresse, c’est 28,31% des exprimés, 21,98% des inscrits.
    L’abstention + B et N c’est 71078 inscrits, 22,33%.

  • 3. Le choix entre l’extrême droite et la droite extrême
    18 avril, 00:34 - par pnast


    La position de L’ANC est qu’il ne doit pas y avoir une seule voix pour Marine Le Pen.
    D’accord.
    Mais il est juste aussi de signaler que ses réformes seront de toutes façons bloquées à l’assemblée car elle n’a aucune chance aux législatives et on mettra du monde en face.
    Par contre, Macron pourra faire passer toutes ses mauvaisetés sans problème comme il l’a fait durant ces 5 dernières années. Alors, pourquoi l’encourager et le fortifier en lui donnant nos voix ?
    Ce chantage, nous l’avons depuis Mitterrand. Il l’a favorisé car il n’en tirait que des avantages :
    1) Il permet une représentation fausse de l’échiquier politique d’une ressemblance/convergence des extrêmes (qui permet un amalgame entre les partis fascistes et les partis dits totalitaires dont le parti communiste) et devant lesquels les autres organisations politiques apparaissent démocratiques.
    2) Au nom du pluralisme politique, il favorise la diffusion des idées racistes et antirépublicaines. A partir de 2005, Le Pen, qui n’existait plus, est régulièrement invité dans les médias qui vont jusqu’à faire la publicité pour les fêtes organisées par le Front National, en s’indignant avant, en s’indignant sur le lieu des fêtes, en s’indignant après et, en définitive, en lui permettant de délivrer son venin à moult occasions.
    3) Il a permis de sombres calculs politiques. Les voix de l’extrême droite pouvaient manquer à la droite lors d’élections très serrées. Mais avec de possibles effets boomerang comme a pu le constater L. Jospin lors de la présidentielle de 2002.
    4) Surtout, cette omniprésence dans les médias, ce matraquage incessant finissent par imprégner l’idéologie des citoyens. Le pouvoir n’a plus qu’à reprendre ces idées nauséabondes en les édulcorant dans un premier temps puis les intégrant totalement à son programme.
    Et on peut dire que Marine Le Pen fait bien le job. Elle est même aidée à présent par un produit Bolloré, qui lui permet d’apparaître pondérée.
    Serait-elle plus efficace dans son travail de sape de la démocratie en accédant à la présidence ? Il n’est pas certain que les grands possédants seraient ravis. Ils ont ce qu’ils veulent. L’Europe n’est pas construite. Les barrières qui entravaient les multinationales ont disparu. Elles peuvent jouer au Monopoly avec nos existences, déplacer les usines à leur guise, importer de la main-d’œuvre, siphonner les pays de l’est, implanter les holdings financiers ici, profiter d’une fiscalité avantageuse ailleurs ….
    Le banquier éborgneur leur convient probablement mieux qu’une Marine Le Pen moins conforme à leur stratégie. Et, en définitive, ce sont elles qui décident.
    Donc, pour moi, l’idéal, ce serait un record absolu d’absentéisme pour bien signifier ce qu’on pense de leur spectacle répugnant. Et faire ressortir l’illusion démocratique de ce système électoral puisque, dès le premier tour, le citoyen est tenu de voter utile en prévision du deuxième tour.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?